Un avion n’entraine pas la reprise de tout le secteur de l’aviation

Dynam Flash Corona 3

Avec Swissport, cette crise du coronavirus a connu sa première grande faillite ; pour Brussels Airlines, l'avenir ne tenait qu'à un fil jusqu'au récent accord avec Lufthansa. L'aviation ne devrait pas retrouver le niveau de précorona avant 2022. Pour l'instant, l'impact massif sur l'emploi est le mieux illustré par les chiffres du chômage temporaire. Les secteurs sensibles du chômage temporaire dans le secteur sont le transport aérien (nace 51), avec 70,9% de tous les salariés en chômage temporaire (avril), et la manutention aéroportuaire à l'aéroport de Bruxelles National, avec plus de 90%[1]. Les chiffres sont élevés, ce qui n'est pas surprenant. En raison de la fermeture des frontières, les aéroports belges ont été fermés au public. Toutes les activités de transport de passagers à partir de l'aéroport ont été arrêtées. Avec l'ouverture progressive du secteur le 15 juin 2020, nous prévoyons une diminution progressive du nombre de chômeurs temporaires dans le secteur au cours des prochains mois, bien que l'utilisation de ce système dans l'aviation ne disparaisse pas immédiatement.

Dynamique dans le secteur de l'aviation

Jcjd In De Luchtvaart Fr

L'aviation est un secteur très turbulent. Tant dans le secteur du transport aérien (nace 51) que dans celui des services auxiliaires des transports aériens (= manutention aéroportuaire, nace 52.230), on observe d'importantes fluctuations de la dynamique de l'emploi d'une année sur l'autre. De plus, les deux baisses pendant et après la crise financière (2008-2009 et 2011-2013) ont été très fortes. Nous voyons un grand nombre d'emplois qui disparaissent pendant ces périodes, alors que dans le même temps, moins d'emplois ont été créés. En conséquence, l'évolution de la création nette d'emplois est devenue fortement négative. Les baisses sont également visibles dans l'emploi total, avec des pics importants dans le nombre de salariés actifs dans le secteur du transport aérien.

Après 2013, le secteur aéroportuaire a connu une augmentation progressive de l'emploi net, atteignant son point culminant en 2017-2018. En d'autres termes, avant la crise du coronavirus, l'aviation était clairement dans un scénario de croissance. Cela semble également être spécifique à l'aéroport de Bruxelles, où une forte augmentation de l'emploi a été enregistrée entre 2017 et 2018[2]. Cette croissance devrait être fortement ralentie (voire inversée), en partie à cause de la faillite de Swissport.

Profil de l'emploi dans le secteur de l'aviation

La situation est particulièrement grave dans le secteur des services auxiliaires des transports aériens. La quasi-totalité du personnel est au chômage temporaire et plus de 1 400 employés ont perdu leur emploi à l'aéroport de Bruxelles National en raison de la faillite de Swissport. Cela concerne principalement les hommes (74,5%) et les ouvriers (60,1%), qui étaient plus souvent que la moyenne employés à temps partiel (53,1%)[3]. En outre, un grand nombre d'employés étaient également actifs, dans des emplois de bureau typiques ou à des postes tels que l'assistance aux passagers. La majorité des employés étaient dans la tranche d'âge des 35 à 50 ans. La proportion des plus de 60 ans est restée très limitée. La marge pour la retraite anticipée est donc très faible.

Avec l'évolution d'Aviapartner (qui a obtenu un prêt de 25 millions d'euros du gouvernement et peut donc continuer à assurer le handling à l'aéroport de Bruxelles National) et la réouverture progressive de l'aviation, les opportunités pour les employés concernés de Swissport semblent un peu meilleures qu'il y a quelques semaines. En dehors de cela, ces opportunités sont plutôt mitigées, compte tenu de leur profil. Le fait qu'une minorité de personnes peu qualifiées soient employées dans le secteur (moins que dans des secteurs tels que la restauration, les services postaux et les coursiers, la manutention et le stockage de marchandises) augmente les chances de trouver un emploi dans un autre secteur. Cependant, la situation sera plus difficile pour les ouvriers étant donné la série de restructuration attendue dans l'industrie. Pour un autre emploi, ils devront plutôt chercher en dehors de l'aéroport, et en dehors de leur propre secteur.

Dans le secteur du transport aérien, le niveau de qualification des travailleurs est plus haut. Par exemple, pas moins de 46% des employés sont hautement qualifiés (deuxième rang de tous les secteurs de l'aviation à Brussels Airport[3]). En outre, on emploie presque exclusivement des cols blancs (99,6%). Ils pourront peut-être reprendre le travail dans l'aviation une fois que la crise du coronavirus se sera calmée. En attendant, tout est fait pour faciliter un transfert (temporaire) vers un autre secteur.


[1] Secteurs sensibles du chômage temporaire, secteurs sensibles de la dynamique du marché du travail? (Vandekerkhove, Struyven, Goesaert & Vets, 2020).

[2] À paraître: L’importance de Brussels Airport pour l’emploi en Belgique (Vandekerkhove, Goesaert & Struyven, 2020)

[3] Dynamiek en profiel van de arbeidsmarkt op Brussels Airport (Vandekerkhove, Goesaert & Struyven, 2019


Note

Les dynamiques du marché du travail présentées sont basées sur les chiffres de Dynam. À cette fin, nous examinons les deux secteurs aéroportuaires définis via la classification NACE au niveau belge. Il s'agit de la nace 51, qui comprend principalement les différentes compagnies aériennes, et de la nace 52.230, avec laquelle nous captons principalement les activités de manutention aéroportuaire. Le pic de création d'emplois dans ce dernier secteur au cours de la période 2007-2008, est dû à la fusion de Virgin Express et de la holding aérienne SN en compagnies aériennes SN Brussels Airlines en 2007. Cela a entraîné une forte croissance des activités de l'aéroport belge, qui s'est également infiltrée dans le secteur des services aériens. Cette croissance aurait pu se poursuivre, mais puis la crise de 2008 est arrivée.

Les données relatives au profil des employés sont basées sur les données de l'ONSS et de la BCSS telles qu'elles sont utilisées dans l'étude VIONA "Dynamiek en profiel van de arbeidsmarkt op Brussels Airport". Ces données concernent spécifiquement les deux secteurs (compagnies aériennes et activités de manutention) situés à l'aéroport de Bruxelles National. Les deux secteurs représentent conjointement 1 sur 4 de l'emploi total à l'aéroport de Bruxelles National. L'étude définit également 16 autres secteurs, sur la base de la classification des secteurs de l'aviation dans les rapports de la BNB.

Contacts

  • Professeur Ludo Struyven, Tine Vandekerkhove, dr. Tim Goesaert, Onderzoeksgroep Onderwijs en Arbeidsmarkt (HIVA - KU Leuven)
  • e-mail: ludo.struyven@kuleuven.be
  • tél: 016 32 33 41, gsm: 0485 16 08 86

Vers de nouveaux chiffres, analyses et interprétations sur www.dynamstat.be

Merci à : ONSS, ONEM, Aviato, BCSS, Departement WSE, IBSA, IWEPS et VIONA-leerstoel Arbeidsmarktdynamiek