Dynam Flash Corona

L'impact de l'actuelle de la crise du coronavirus sur le marché du travail belge est important et pourrait se faire sentir pendant longtemps. En outre, l'intensité du choc provoqué par les mesures varie fortement d'un secteur à l'autre. Dans les nouveaux Corona Flashes, nous examinons régulièrement l'impact sectoriel de la crise du coronavirus par rapport à la dynamique du secteur.

Flash Corona 8

Que ce soit en termes d'emploi ou de chômage, grâce au chômage temporaire, la crise ne s’est pas traduite, à première vue, par une évolution saccadée. Pourtant, ces chiffres nets ne disent pas tout. Dans ce flash, nous examinons les flux sous-jacents de l'emploi et du chômage. En raison de la crise, les employeurs mettent un frein à leurs recrutements. Par conséquent, les demandeurs d'emploi ont également moins de possibilités de trouver un nouvel emploi. Pour en savoir plus, cliquez ici:


Flash Corona 7

Malgré la diminution du recours au chômage temporaire pendant les mois d'été, on constate une nouvelle augmentation à partir d'octobre. Cette situation est due à la fermeture du secteur de l'horeca et au nouveau "soft lockdown" à partir du 2 novembre. Cette croissance n'est pas visible dans tous les secteurs, et pas dans la même mesure. Pour en savoir plus, cliquez ici:


Flash Corona 6

Le recours au chômage temporaire connaît un intermezzo d'été. Le nombre de personnes diminue, mais reste au même nombre moyen de jours par personne. On observe également une concentration du recours au chômage temporaire dans quelques secteurs. Elles concernent à la fois les "nouveaux" secteurs corona et les secteurs de crise "classiques". Le portrait par région dépend beaucoup de l'indicateur choisi. Pour en savoir plus, cliquez ici:


Flash Corona 5

Dans de nombreux secteurs, le chômage temporaire évolue vers un système de réduction temporaire de l'emploi en juin. Un grand nombre de personnes continueront à recourir au chômage temporaire pour un nombre de jours plus limité. Dans les secteurs qui ont également reçu peu de perspectives en juin (l'aviation ou le secteur de l'art et de l'événementiel), les restrictions du corona continuent de ternir l'image : la diminution de la proportion de chômeurs temporaires par rapport à l'emploi salarié total reste limitée. Pour en savoir plus, cliquez ici:


Flash Corona 4

Grâce à la liaison de données RVA-RSZ-KSZ, des données (presque complètes) sur le chômage temporaire au mois de mai sont récemment devenues disponibles. Cela permet d'examiner la dynamique sectorielle concernant le recours au chômage temporaire de mars à mai. La mesure du volume du chômage temporaire en nombre de jours semble plus pertinente à cette fin qu'une focalisation sur le nombre de chômeurs temporaires exprimé en emplois. Pour en savoir plus, cliquez ici:


Flash Corona 3

La crise du coronavirus se fait fortement sentir dans le secteur de l'aviation. Premièrement, le secteur est l'un des plus grands utilisateurs du système de chômage temporaire. De plus, avec la faillite de Swissport, plus de 1 400 employés doivent chercher un nouvel emploi. Pour en savoir plus, cliquez ici:


Flash Corona 2

En raison de la crise du coronavirus, le secteur agricole et horticole est l'un des seuls secteurs dans lesquels il n'y a pas eu de réduction du travail, mais plutôt une pénurie de main-d'œuvre. Pour en savoir plus, cliquez ici:

Flash Corona 1

En raison de la fermeture obligatoire du secteur du commerce non alimentaire, de nombreux travailleurs ont été touchés. Les crises précédentes montrent toutefois que ce secteur a la capacité de se redresser rapidement, une fois les conditions préalables réunies.  Pour en savoir plus, cliquez ici: