La dynamique du marché du travail en Belgique et par région

Tim Goesaert, Tine Vandekerkhove, Peter Vets, Ludo Struyven
Release 2018
Dynam-Reg Release 2018

Cette publication Dynam-Reg contient les données les plus importantes sur la dynamique du marché du travail pour la période 2016-2017 ainsi que les tendances pour les années 2005 à 2017. Les chiffres concernent l’ensemble de l’emploi intérieur salarié en Belgique et dans les regions.

La création d’emplois est au plus haut depuis 5 ans, mais n’est pas encore retournée à son niveau d’avant la crise financière en 2008

Au cours de la période 2016-2017, 224 064 emplois ont été créés en Belgique au sein des entreprises en croissance ou entrantes, tandis que 157 712 emplois ont disparu chez des employeurs en recul ou sortants. L’évolution nette de +66 352 s’accompagne donc d’une dynamique de l’emploi bien plus large.  

En 2017, la création d’emplois a atteint le seuil de 57 nouveaux emplois pour 1000 emplois existants. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis cinq ans et la fin du deuxième creux de la crise (2011-2013). La création d’emplois n’égale cependant toujours pas le niveau atteint juste avant la crise en 2008.  

Toujours plus de travailleurs en mouvement en 2016-2017, outre la création d'emplois

Tous les recrutements ne sont pas liés à la création de nouveaux emplois. Sur cette période d'un an, l'ensemble des entreprises a connu l’entrée de 701 124 travailleurs et la sortie de 634 772 travailleurs. Cette dynamique des travailleurs est plus de dix fois supérieure à ce que le chiffre net de +66 352 laisse supposer.

L’augmentation des travailleurs en mouvement (dans et hors des entreprises ou des établissements) entre 2014 et 2017 est principalement liée à l’augmentation du chuning et moins aux emplois supplémentaires créés. Dans le cadre de l'offre existante, un plus grand nombre de travailleurs changent d'emploi; on parle de churning ou de rotation de l’emploi. A côté de la création d’emplois, il s’agit d’un deuxième critère de l’évolution du marché du travail: on change plus souvent d’emploi sans que cela ne soit véritablement nécessaire du point de vue des nouveaux emplois créés.

On change plus souvent d’emploi sans que cela ne soit véritablement nécessaire du point de vue des nouveaux emplois créés.

Dans chacune des trois régions, on observe plus de mouvements des travailleurs

Dans chacune des trois régions, on observe une tendance vers plus d’emplois et plus de mouvements des travailleurs dans et hors des entreprises et des établissements.

La Région bruxelloise connaît une forte dynamique des employeurs entrants (‘starters’). Au cours de la période 2016-2017, 4295 employeurs entrants sont venus s’ajouter, soit un taux d’employeurs entrants de 13,6%. Malgré leur nombre croissant, la part des employeurs entrants dans l’augmentation du nombre d’emplois reste limitée.

En Région flamande, ce sont surtout les petites et moyennes entreprises qui sont responsables de l’augmentation du nombre d’emplois, et pas tellement les employeurs entrants. En ce qui concerne les grandes entreprises, la situation de l’augmentation et de la diminution des emplois annuelle reste stable depuis 2014.

La Région wallonne se caractérise par la forte croissance des employeurs entrants et des emploi dans les entreprises quie débutent comme employeur. La croissance du nombre d’emplois a également progressé proportionnellement au cours des deux dernières années, de +10 832 en 2014-2015 à +13 429 en 2016-2017. Parmi les entreprises et établissements plurirégionaux de Wallonie, généralement de grande taille, l'augmentation du nombre d'emplois s'accentue de 11 389 en 2014 à 13 361 en 2017. 

download icon

Lisez ici le Dynam-Reg Release

Chiffres relevants

Augmentation et diminution régionales

Entrées et sorties régionales

Totaux des créations et destructions d'emplois en Belgique